Médaille de baptême : origine, fabrication et traditions

La médaille dite de baptême est un bijou précieux, généralement le premier que l’on reçoit dans une vie. Un bijou que l’on conserve avec autant d’affection si ce n’est plus qu’une alliance. A l’origine, la médaille était offerte au moment d’une cérémonie religieuse. Il n’est donc pas étonnant qu’elle soit souvent ornée d’images pieuses. Les gravures issues de la religion portent en elles de nombreux symboles. C’est pourquoi l’on retrouve de nombreuses représentations du Christ, de la vierge, d’un ange ou bien divers saints. De nos jours, tout ceci a évolué. La cérémonie peut être uniquement civile et pour s’adapter, la médaille porte aujourd’hui une pléthore d’autres motifs : un arbre de vie, un prénom, une date, une main de bébé, un signe zodiacal ou encore une photo gravée.

Le saviez-vous ?
Le rôle initial d’une médaille de baptême était de symboliser une pièce de monnaie.

La fabrication des médailles

Issus d’un artisanat passionné et méticuleux, ces bijoux sont d’une exceptionnelle qualité. Il existe, dans ce domaine, deux techniques de fabrication d’une médaille : la fonte et la frappe. La fonte est un procédé d’exécution précis. Les deux faces de la médaille sont modelées de façon séparée. Le métal précieux en fusion est alors coulé dans les moules prévus à cet effet. Une fois réunies, les deux parties de la médaille sont soudées ensemble. La frappe, ou estampage, consiste à détourer l’ensemble à l’aide de soie. La surface est ensuite traitée à l’aide d’un procédé technique précis. Vient enfin la pose d’une patine et d’un entourage.

Les divers modèles de médaille

La médaille de baptême est ronde par tradition. Cependant, cela ne veut pas dire que toutes les médailles se ressemblent, bien au contraire. Certaines porteront une gravure sur une seule face quand d’autres arboreront un symbole des deux côtés. Parfois, une médaille peut être creuse ou avec beaucoup de relief. En bref, les bijoutiers ne cessent de renouveler les modèles proposés en faisant preuve d’une grande créativité. C’est là que l’artisanat prend toutes ses lettres de noblesse !

Les matériaux utilisés

Les grands classiques dans ce domaine sont l’or 9 carats ou 18 carats, mais certains modèles de médaille se fabriquent également en argent massif. Pour les finitions, en plus de la gravure, le choix est vaste : mat, brillant ou encore satiné. La médaille est généralement offerte avec une chaîne assortie du même métal.

 

Qui offre la médaille au baptisé ?

Que ce soit à l’occasion d’une cérémonie civile ou religieuse, la tradition veut que ce soit le parrain et la marraine qui s’associent pour offrir ce bijou au baptisé. L’un offrant la médaille, l’autre la chaîne qui l’accompagne. Le plus souvent, le choix final est réalisé après une concertation entre les parrains-marraines et les parents. Les parrains et marraines peuvent faire graver une inscription au dos de la médaille : Il est courant de graver le prénom de l’enfant et, historiquement, la date de la cérémonie du baptisé ; plus récemment, c’est la date de naissance de l’enfant qui y est inscrite. Pour ne pas commettre d’impair, il conviendra de se référer au choix et aux coutumes des parents, ou de se caler sur l’inscription de la médaille de l’ainé de la famille.

Par coutumes ou selon des usages plus modernes, mais en tout état de cause, des décisions très personnelles qui feront de ce bijou un bien personnalisé et précieux pour celui ou celle qui le recevra.

Partagez
Enregistrer
Tweetez